Accueil » Gestion de projet » Scrum vs kanban : les 8 points de différence pour choisir votre méthode

Scrum vs kanban : les 8 points de différence pour choisir votre méthode

Photo of author

Comme vous le savez, scrum et kanban sont deux des méthodes agiles de gestion de projet les plus utilisées. Les deux méthodes sont appréciées pour leur efficacité et praticité. L’une comme l’autre permet une gestion plus flexible et plus fluide des travaux. Si le processus est bien appliqué comme il se doit, la création de valeur est optimisée et les ressources sont utilisées à bon escient.

Si vous n’avez jamais eu recours aux méthodes agiles, il vous sera très difficile de choisir entre kanban et scrum. Elles présentent, en effet, plusieurs similitudes. Il est très facile pour un novice de tomber dans la confusion et de choisir une méthode au détriment d’une autre qui aurait pu mieux fonctionner. Aussi, pour vous faire gagner du temps et vous éviter de faire une telle erreur, nous vous avons établi, dans ce guide, un comparatif kanban vs scrum. Retrouvez-y tout ce que vous devez savoir et choisissez entre kanban ou scrum. 

C’est quoi la gestion de projet agile ?

gestion de projet agile

Avant d’aborder les méthodologies kanban et scrum, il convient de rappeler ce que c’est la méthodologie agile ou agilité. 

La méthode agile est une stratégie de management de projet basée sur une approche participative. Le dialogue entre les différentes parties prenantes (client, les équipes de projet et les collaborateurs) est encouragé tout au long du processus. 

Et ce, pour minimiser les risques de non-conformité des produits ou services à développer avec les attentes de la clientèle. Mais pas que ! Cela rend également plus simples la résolution des problèmes et les ajustements en cas d’éventuelles déviations ou changements (besoins, priorités, évolution du marché, etc.).

Dans la méthodologie agile :

  • Le processus de développement des produits/services est découpé en plusieurs cycles courts consécutifs.
  • Chaque cycle de développement est assorti d’objectifs précis et mesurables.
  • Les travaux se font progressivement et de manière collaborative, ce qui permet un meilleur suivi de leur avancement.

La méthode agile est donc une méthode plus intelligente de gestion de projet. Par rapport aux méthodes classiques de gestion de projet, elle permet de mieux faire les choses. C’est pourquoi elle est très appréciée dans le monde des affaires.

La méthode scrum c’est quoi ?

La méthode Scrum est la méthode agile la plus utilisée. Il s’agit d’un cadre de travail dans lequel le processus de développement de produit/service est découpé en sprints. Ces derniers consistent en des petites phases opérationnelles qui durent 2 à 4 semaines.

La méthode scrum

Le principe de cette méthode de gestion de projet est de mettre en place des solutions adaptatives inspirées des expériences vécues et d’instaurer un système de priorisation des tâches pour pouvoir livrer une version fonctionnelle du produit/service à la fin de chaque sprint.  Celle-ci est présentée au client pour validation. Si elle est réussie, les équipes de projet peuvent passer à autre chose. Sinon, des ajustements doivent être réalisés et ladite étape est répétée jusqu’à ce que les résultats escomptés soient atteints.

La méthode scrum favorise le travail d’équipe et vise l’amélioration continue. Les parties prenantes du projet s’inspirent de leurs réussites et tirent une leçon de leurs erreurs. 

1. Les piliers scrum

La méthode scrum de gestion de projet repose sur 3 grands piliers à savoir :

  • La transparence : Les informations nécessaires à la bonne réalisation du projet doivent être comprises et connues de tous les membres de l’équipe. Même chose pour ce qui est du ressenti de chacun.
  • L’inspection : Elle ne relève pas uniquement de la responsabilité des auditeurs. Tous les intervenants au projet doivent régulièrement s’assurer que le projet progresse comme prévu, qu’il a il n’y a pas d’écart entre les réalisations et les prévisions.
  • L’adaptation : Il faut toujours savoir s’adapter à la situation et faire des ajustements lorsque c’est nécessaire.

2. Les valeurs scrum

Les 5 valeurs de la méthode scrum sont :

  1. Le courage : Pour réussir un projet, il ne suffit pas d’être talentueux. Il faut savoir s’affirmer, défendre ses idées, prendre des initiatives, sortir de sa zone de confort et reconnaître ses torts.
  2. Le focus : Lorsqu’on se concentre sur un nombre limité de tâches, on gagne en efficacité et en productivité. On fournit un travail de meilleure qualité, on est plus réactif et on sait ce qu’il faut faire quand il faut le faire.
  3. Le respect : Toutes les voix comptent, quel que soit le rôle ou le titre détenu au sein de l’équipe de projet. Même chose pour les compétences et les actes de leadership, ils s’apprécient tous. 
  4. L’engagement : Même si chaque membre de l’équipe profite d’une certaine autonomie dans la réalisation des tâches, il faut qu’il soit engagé envers le projet, le client et le reste de l’équipe. C’est une condition sine qua non à la réussite du projet.
  5. L’ouverture : Pour atteindre l’amélioration continue, il est important de rester ouvert aux nouvelles idées et perspectives avancées au cours du processus.

3. Les outils scrum

Les outils scrum ou artefacts scrum sont :

  • Le sprint backlog ou carnet de sprint : C’est la feuille de route d’un sprint. Toutes les tâches à réaliser au cours du sprint ainsi que les détails y afférents sont inscrites dedans.
  • Le product backlog ou carnet de produit : C’est le cahier des charges des produits et/ou services à développer. Il est élaboré sur la base de la demande, des préférences et des exigences de la clientèle.
  • L’incrément : C’est la version du produit ou service qui intègre toutes les fonctionnalités achevées pendant le sprint en cours et dans les précédents sprints. 

4. La composition de l’équipe scrum

La mise en œuvre de la méthode scrum nécessite la définition de 3 rôles bien distincts à savoir :

#1. Le scrum master

Le scrum master est le coach agile. Il motive les équipes de projet, anime les réunions (planification, rétrospection, etc.). Il épaule l’équipe de développement dans la réalisation de leurs tâches et s’assure que les principes et les bonnes pratiques de la méthode scrum sont bien respectés tout au long du processus.

#2. Le product owner

Il hiérarchise les tâches en fonction des objectifs. Il s’assure que le produit ou service développé est bien conforme aux attentes (valeur ajoutée et qualité) de l’utilisateur final.

#3. L’équipe de développement

Composée d’au moins 10 personnes aux compétences multidisciplinaires et complémentaires. C’est elle qui se charge du développement proprement dit du produit ou service objet du projet.

La méthode kanban c’est quoi ?

La méthode kanban

La méthodologie kanban est une méthode de gestion de travaux qui s’appuie sur le lean management. La finalité de ce dernier est de créer un équilibre entre l’offre et la demande.  Et ce, pour minimiser les coûts de production sans que cela ait d’effets négatifs sur la productivité des équipes. La qualité et la valeur ajoutée du produit ou service à développer ne doivent donc en aucun cas être compromises.

Pour y arriver, il faut que l’entreprise modifie son mode de fonctionnement. Il ne faut pas qu’elle produise pour constituer un stock à commercialiser. Son processus de production doit être enclenché par la demande de la clientèle. C’est cette dernière qui détermine et hiérarchise les tâches à réaliser. C’est en procédant ainsi que l’usage des ressources peut être optimisé et que les activités peuvent être réduites à l’essentiel.

Toute l’efficacité de la méthode kanban repose sur l’utilisation d’un tableau kanban basé sur un système d’étiquetage. Celui-ci permet une meilleure organisation et planification des tâches, et offre une meilleure visibilité (transparence) du flux de travail.

Les principes de la méthode kanban

Les 4 principes fondamentaux de la méthode kanban sont les suivants :

#1. Commencer par ce que l’entreprise fait déjà

La méthode kanban est compatible avec tout processus de travail. Il considère tous les rôles et les titres établis. Il est donc mieux de l’adapter à ce qui se fait déjà pour ne pas bouleverser la dynamique des équipes.

#2. Respecter les rôles et titres établis

Le maintien des rôles, titres et statuts déjà établis au sein des équipes de projet facilite l’acceptation des changements opérés. Il permet également aux intervenants de rester productifs et performants. Et ce, parce qu’ils continuent à faire ce qu’ils font de mieux.

#3. Procéder à des changements graduels et évolutifs

Les ajustements doivent se faire en douceur pour minimiser les risques de résistance des équipes à l’égard des modifications opérées. Une résistance qui n’est autre que le fruit de la peur d’un changement trop brusque.

#4. Encourager les actes de leadership à tous les niveaux

Le leadership n’est pas propre à la direction. Toutes idées avancées par les intervenants méritent réflexion. Chaque personne est engagée envers le projet et le client, tout le monde est en quête d’une amélioration continue.

Kanban dans la pratique

Pour une mise en œuvre réussie de la méthode kanban, il faut respecter les pratiques suivantes :

  • Avoir une vision claire et transparente du flux de travail : usage du tableau kanban.
  • Toujours se limiter à l’exécution d’un nombre raisonnable de tâches maîtrisables : équilibre entre délai imparti, capacité réelle des équipes et ressources disponibles.
  • Bien gérer le flux de production : s’assurer du respect des délais convenus et du maintien de la cadence de travail.
  • S’assurer que les principes et le fonctionnement de la méthode kanban soient bien compris par tous les intervenants au projet.
  • Organiser des réunions de rétroaction pour faciliter le suivi de la progression du projet, l’identification et la résolution des problèmes.
  • Recourir à des indicateurs pour évaluer les résultats et mesurer les améliorations.

Kanban vs Scrum : les grandes différences

Critères de comparaisonMéthode scrumMéthode kanban
RôlesChaque équipe de projet est composée d’un scrum master, d’un product owner et d’une équipe de développement.Il n’y a pas de rôles prédéfinis, mais il y a toujours un chef de projet.
ResponsabilitésLes responsabilités diffèrent en fonction du rôle endossé, mais les uns sont engagés envers les autres.Il n’y a pas de responsabilité prédéfinie. Tous les intervenants sont responsables de l’avancement du projet.
Rythme de travailLe processus de travail est découpé en plusieurs phases opérationnelles itératives et incrémentales dites sprints.Le flux de travail est continu. Il n’y a pas d’itération et des délais fixes. Les échéances sont fixées selon les besoins.
LivraisonUne nouvelle version du produit doit être livrée à la fin de chaque sprint pour validation.Il n’y a pas d’échéance fixe. Dès qu’une fonctionnalité est livrable, elle est livrée pour validation.
Organisation des tâchesOrganisation basée sur un système de flux tiré. Les tâches sont priorisées. L’extraction de nouvelles tâches se fait par lot et non pas individuellement.Organisation basée sur un système de flux tiré. Les équipes ne peuvent entamer une nouvelle tâche que lorsque les précédentes sont achevées.
AjustementsIl est impossible d’opérer des modifications en cours de sprint. Lorsque les objectifs ne sont pas atteints, la phase est répétée. Et ce, jusqu’à ce que le résultat soit satisfaisant.À tout moment.
Fréquence des réunionsL’équipe organise une réunion de sprint planning avant chaque sprint, un daily scrum au quotidien, un sprint review à la fin de chaque tâche et un sprint rétrospective à la fin de chaque sprint.Il n’y a pas de règle. Une réunion est organisée lorsque c’est nécessaire.
Évaluation de la productivitéLa productivité est mesurée sur la base de la durée de chaque sprint.La productivité est mesurée sur la base de la durée totale du projet.

Scrum vs Kanban : les similarités

SCRUM VS KANBAN

Lorsque vous prenez connaissance de tous les détails concernant les méthodes agiles kanban et scrum, vous vous rendez assez vite compte que les deux sont vraiment différentes. Mais si vous les appréhendez de manière globale, vous allez constater que tous deux :

  • Sont flexibles : kanban un peu plus que scrum, mais les deux s’adaptent bien aux changements et évolutions.
  • Visent l’amélioration continue : amélioration progressive des performances pour obtenir de meilleurs résultats.
  • Fonctionnement sur la base d’un système de décomposition de tâches en plusieurs sous-tâches pour permettre une gestion plus simplifiée.
  • Utilisent un tableau pour mieux visualiser le flux de travail et rester transparent quant à son état d’avancement.
  • Sont en défaveur du multitâche : les activités sont réduites à l’essentiel pour favoriser la productivité des équipes, éviter le gaspillage des ressources et garantir l’atteinte des résultats.

FAQ – Scrum vs kanban

Nous arrivons au terme de l’article traitant des différences et des similarités entre scrum et kanban. Passons à présent à la rubrique questions-réponses.

Quand utiliser scrum et kanban ? 


‣ La méthode kanban: Est adaptée aux projets pour lesquels les priorités peuvent fortement changer au fil du temps. 
‣ La méthode scrum: uQant à elle, est faite pour les projets dont les priorités ne risquent pas de connaître une importante variation avec le temps.

C’est quoi la méthode scrumban ?


La méthode scrumban est une méthode hybride combinant les stratégies kanban et scrum. C’est celle qu’il faut choisir lorsque :

Vous connaissez bien les deux méthodes, mais vous n’arrivez pas à en choisir une puisque les 2 sont tout aussi efficaces.

Vous maîtrisez mieux une des méthodes, mais vous ne voulez pas passer à côté de tous les avantages que l’autre méthode peut offrir. Vous recourez donc à la méthode hybride pour savoir laquelle des 2 méthodes pourrait mieux servir vos objectifs.

1/5 - (3 votes)

Laisser un commentaire

🔥 Monday.com 🔥 le logiciel de planification de tâches & gestion de projet

👉 Tester gratuitement